Je suis rentré de la Péninsule du Mussandam depuis le 8 décembre et il était question, dans l’enthousiasme du départ, de faire un CR en bonne et dû forme à mon retour.
Donc, pour pouvoir passer tranquillement en 2014, je vais me libérer de ce fardeau en ce dernier jour de 2013.


D’abord le coup de gueule : je me serais bien passé d’établir une grande première, mais j’ai bien fait le grand chelem RodKiss! En effet, j’ai eu le triste privilège d’avoir sur un même voyage Bordeaux/Paris/Dubaï, mon tube de cannes égaré à l’aller (ce n’est pas arrivé qu’à moi et c’est pas la 1ère fois) mais également au retour, et ça ! faut le faire !
Je tiens donc à remercier, pour leur soutien et leur participation, l’aéroport de Bordeaux Mérignac pour l’aller, ainsi que l’aéroport de Roissy CDG pour le retour. Et accessoirement Air France pour son implication dans l’obtention de ce record. 
Je vous passe donc les tracasseries administratives, avant, pendant et après, mais vous aurez bien compris que ça démarrait déjà pas terrible pour moi.

Le matin sur le port,
surprise, beaucoup de Milkfishes et des Thazards. Heureusement j’avais avant de partir, acheté une multi-brins que j’avais mise dans ma valise, et mon ami Jean-Luc s’était chargé un peu plus que d’habitude en cannes. Je l’avais charrié à ce sujet, à Roissy. Mais j’ai été bien content de pêcher avec sa Zénaq 80-10.
Par contre, pas de canne 50lbs, pas de canne à mouche et le pire pas de canne à Jig. 
Sur place, rien à dire, hébergement nickel, bouffe à profusion (trop) préparée par un couple de philippins adorables, bateau spacieux et bien motorisé. Manquait la vue sur la mer et ses falaises!

Accueil « cordial et baraqué » de Jérôme et petit brief de ce qui nous attendait. Et là, encore tout « boulversifié » que j’étais par l’absence de mes cannes, Jérôme nous a sêché direct en nous prévenant que ça ne mordait pas depuis 3 semaines, à son grand désarroi. Etant d’un naturel assez optimiste, je me suis dit que les poissons attendaient qu’on arrive. Et bien non, car ils n’avaient pas été prévenus de notre arrivée !

Sinon, l'endroit est superbe, des paysages grandioses, des spots magnifiques à pêcher et qui puaient le poisson. Pour moi, pêcher des beaux endroits est aussi important que d’attraper des poissons. Quand il y a les deux, c’est le top. Mais là, les poissons, ils avaient pas faim, probablement gavés des milliards de petites sardines qui giclaient çà et là devant le bateau ou pourchassé par les prédateurs invisibles. Imaginez la déception quand en passant près des cailloux ou des falaises où l’on avait lancé nos Pop et stick 2 minutes auparavant, et que, à l’avant du bateau, je voyais des grosses carangues se barrer mollement (comme des carpes en surface) devant le bateau ou quand en ramenant une petite ignobilis, voir qu’elle était suivi par des plus grosses, queenfishes et barras itou et qui passaient sous le bateau en nous faisant coucou. Quand on connait la voracité de ces poissons en temps normal, ça fait mal ! La loose quoi!!! Peut-être pas une bonne période!
Donc tous les jours, on y a cru, et tous les jours on essayait un peu au pop et on passait vite sous la surface car les leurres de surface ne faisaient rien bouger, à part un requin le 1er jour et deux barras en maraude, le dernier.

Seul les petits leurres rapportaient un peu de poissons. Beaucoup d’orphies, amusantes au début puis rapidement soulantes quand tu tapes que cela.
Heureusement, un soir à l’étale de basse mer, sur un vaste plateau près d’une ile, nous avons aperçu des oiseaux converger et des chasses éclater un peu partout, s’éteindre et recommencer et cela de 15h à 16h30 environ. Et tous les soirs le phénomène se reproduisait et tous les jours, pour éviter la bredouille, on convergeait en bons prédateurs avec les mouettes et les cormorans vers ce plateau en attendant la curée pour s’amuser enfin. Des petits thons, des carangues gros yeux et des carangues démêloir et cela en pêchant avec des casting jigs et des petits poissons nageurs sub-surface de 10cm pour 40g, bleu/rose, avec des cannes 12/20lbs que nous avait prêtées Jérôme, le boss du centre. Si le leurre était plus gros, ça prenait pas. Jamais de chasse de grosses carangues, dommage!

Heureusement que Jérôme avait ce qu'il fallait en leurres (fournis par Bruno, la semaine d’avant) car sinon on aurait pris une sévère branlée. On était pas venu à Oman pour ça, mais ce phénomène, magnifique à observer, nous permettait tous les soirs, de nous amuser sur des petits poissons, avec l'excitation de ce genre de pêche, où il faut aller très vite car ça dure pas longtemps, guetter là où cela va redémarrer pour en profiter un maximum. Pas le temps de prendre des photos, pas la peine pour des petits poissons, mais un peu de GoPro quand même, car ça n’empêche pas de pêcher. On en a vu des gros, se balader, passer sous le bateau, se désintéressant complètement de nos leurres. Pour la petite histoire, comme on se disputait les poissons avec les oiseaux, et qu’il y en avait partout, j'ai fini par attraper, sous l’eau, un putain de cormoran qui nous a fait perdre 20 minutes de pêche à le décrocher!!!

Ah oui, j'en profite aussi pour rajouter une petite pique sur mon pote Jean-Luc qui à trop vouloir lécher la falaise, a fracassé 4 Roosta direct sur le granit. Le Roosta c'est costaud sur les poissons mais pas contre la roche!   


Bilan de l’année, 2013 restera pour moi une année de m…… à tous les niveaux !!!


peche khasab Oman 13 12 1 peche khasab Oman 13 12 9 peche khasab Oman 13 12 11 peche khasab Oman 13 12 12